Passez l’agrément phyto en toute confiance !

Publié le

En France, plus d’une ETA sur deux propose des prestations de traitement des cultures. Certaines se sont même spécialisées dans cette activité qui peut représenter l’essentiel de leur chiffre d’affaires. Ainsi, obtenir et conserver cet agrément demande à l’entrepreneur de travaux agricoles de suivre une série de règles assez contraignantes. L’informatique peut alors être votre allié pour passer ces contrôles en toute tranquillité !

Qu’est-ce que l’agrément phyto ?

Depuis 2013, toute ETA qui réalise des travaux de pulvérisation (ou de semis avec traitement) doit détenir l’agrément phyto.

L’agrément phyto implique la traçabilité complète de chaque intervention sur une fiche de chantier. Sur cette fiche doivent y figurer les informations générales relatives au chantier telles que :

  • les coordonnées de l’ETA,
  • le numéro d’agrément,
  • les coordonnées client,
  • la date du chantier,
  • le nom des parcelles,
  • la surface,
  • les produits, doses, quantités,
  • matériel et main-d’oeuvre.

A cela, il faut rajouter les conditions de sécurité relatives aux applications du produit : dose homologuée, ZNT, délai avant récolte, délai de rentrée dans la parcelle.

Autant dire que la liste à renseigner est longue ! Heureusement, depuis quelques années, des solutions informatiques de gestion de tâches administratives permettent à l’entrepreneur de renseigner toutes ces informations. D’ailleurs, certaines d’entre elles ont même été développées spécifiquement pour les entrepreneurs de travaux agricoles comme le logiciel LEA.

Conserver son agrément phyto grâce au numérique !

Avec un logiciel, vous assurez une traçabilité parfaite de vos interventions et transmettez en quelques clics l’information à vos clients agriculteurs.

Par exemple, vous pouvez automatiser l’édition de fiches de chantier. Ainsi, avec ce système, 95% des informations obligatoires sont automatiquement enregistrées ! Les données réglementaires sont mises à jour après identification des parcelles et des produits utilisés. La fiche peut ensuite être simplement envoyée par mail au client. C’est un gain de temps, de timbres et d’argent !

Egalement, certains logiciels permettent de gérer le registre et la date de validité des certifications de chaque ouvrier, ainsi que son plan de formation. Plus aucun risque d’oublier une obligation de l’agrément, tout est indiqué dans l’outil !  Le logiciel édite les documents nécessaires et vous transmet les alertes d’actions à réaliser (un contrôle technique du pulvérisateur par exemple).

En parallèle, ces informations relatives à la fiche chantier sont également utilisées pour compléter le suivi parcellaire des clients de l’ETA. Sans saisie supplémentaire, l’historique des travaux effectués sur chaque parcelle est mis à jour. Ces documents peuvent être envoyés par mail par l’entrepreneur à son client. L’entrepreneur peut aussi fournir à son client un accès sécurisé vers ses propres informations en ligne. Ainsi, l’agriculteur consulte et imprime lui-même ses fiches de chantier et suivi de parcelles, un service supplémentaire que peut proposer l’ETA !

En savoir + sur LEA

 

Retour aux articles de blog