Qu’est-ce que la blockchain en agriculture ?

Publié le

blockchain agriculture

À l’instar de l’intelligence artificielle, la blockchain est annoncée comme une révolution dans le monde agricole. Voici quelques éléments clés pour comprendre cette technologie appelée à devenir l’un des piliers du monde numérique de demain !

Qu’est-ce qu’une blockchain ?

Internet est un outil formidable pour échanger de l’information. Néanmoins, il procède en quelque sorte par copier-coller : l’émetteur conserve quoi qu’il arrive les données qu’il a transmises.
Autrement dit, on ne peut pas céder à quelqu’un une information de façon définitive de la même manière qu’on lui donnerait un billet de banque !

De ce fait, toute transaction en ligne – un paiement, par exemple – doit faire appel à un tiers de confiance qui s’assurera que les deux parties sont en règle et ont chacune convenablement passé les écritures correspondantes.

La blockchain a donc été inventée pour rendre possibles des paiements de personne à personne à l’aide d’une monnaie virtuelle appelée le bitcoin.

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.
Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.

Les cas d’usages en agriculture

Nous recensons aujourd’hui trois types d’utilisations de la blockchain :

  • Les applications pour le transfert d’actifs (utilisation monétaire, mais pas uniquement : titres, votes, actions, obligations, etc.).
  • Les applications en tant que registre : la blockchain assure ainsi une meilleure traçabilité des produits et des actifs.
  • Les smart contracts, des programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.

En agriculture, les exemple de cas d’usage sont déjà foisonnant !

cas d'usage blockchain en agriculture

Le potentiel de la BlockChain dans le monde agricole

Les agriculteurs et organismes stockeurs (coopératives, négoces) ont des préoccupations majeures orientées sur la performance économique, environnementale et agronomique de leur métier, sans compter sur les attentes toujours plus grandes des consommateurs, ONG et autres parties prenantes agricoles.
Pour répondre à ses enjeux, dans une logique de production de valeur et de qualité, l’adoption de nouvelles technologies est inévitable. Ceci permettra d’augmenter le niveau de technicité pour produire plus et mieux tout en rationalisant les coûts.

La blockchain, quant à elle, pourrait permettre la naissance de nouveaux marchés de produits locaux en temps réel tout en assurant la transparence de la chaîne logistique et l’accès à des données qui n’étaient jusqu’alors pas disponibles, créant ainsi un moyen de réduire la chaîne ’approvisionnement.
Cette transparence se fera à la fois sur la qualité des produits (fraîcheur, goût, sécurité), la traçabilité, la lutte contre la fraude alimentaire et la conformité réglementaire.

Pour ne citer que quelques exemples :

  • La Blockchain peut fournir un canal de communication permettant à l’emballeur de documenter la valeur des produits pour la chaîne d’approvisionnement, agrémentant ainsi la valeur des données partagées qui permettront d’atteindre les objectifs de transparence.
  • Les grands fabricants de produits alimentaires devront planifier un nouvel état de flux de travail et de technologie pour soutenir un système de production alimentaire plus frais, local et durable. La blockchain permettra alors de réorganiser les systèmes d’entreprise grâce à la mutualisation des coûts de la chaîne d’approvisionnement pour participer à une blockchain.

Afin de renforcer la confiance du consommateur en l’agriculture, la blockchain va ici encore jouer un rôle puisqu’elle apporte une solution technologique qui favorise la confiance sans tiers ou intermédiaire de confiance.

Enfin, la blockchain garantit la traçabilité, l’intégrité des données et ainsi devrait faciliter la libre circulation de la data. En effet, par son principe même, la blockchain établit une confiance mutuelle entre les différents acteurs et peut donc favoriser l’analyse toujours plus poussée des données afin de proposer aux agriculteurs des outils d’aides à la décision et d’accompagnement des pratiques culturales.

Après ces analyses, il est certain que la beauté de la blockchain réside dans le fait qu’elle a la possibilité d’être cette infrastructure permettant de nouvelles transactions entre des acteurs qui ne se connaissent pas ou ne se font pas (encore) confiance.

Pour aller plus loin sur le sujet

Retour aux articles de blog