Qu’est-ce qu’une démarche filière ?

Publié le

Ces dernières années les attentes sociétales se sont intensifiées, les consommateurs sont plus exigeants sur la provenance et le mode de production de ce qu’ils consomment. Ils sont demandeurs de garanties d’origine, de qualité sanitaire, de traçabilité et de respect de l’environnement. Attester de pratiques agricoles en accord avec les attentes des consommateurs permet de valoriser l’agriculture française. Pour offrir de la transparence aux consommateurs et répondre au mieux à leurs attentes, les démarches filières se sont développées. Mais qu’est-ce qu’une démarche filière ?

  • Une démarche en filière, qu’est-ce que c’est ?

Le travail en démarches filières permet de valoriser les produits en collaborant directement avec les acteurs du marché, clients finaux et fournisseurs. C’est une démarche dédiée à la satisfaction du client dont l’objectif est multiple : valoriser le travail des exploitants, mieux faire connaître leurs métiers, et garantir la qualité des produits grâce à un cahier des charges précis.

  • Pourquoi s’engager dans une démarche en filière ?

Les filières visent à apporter une valorisation optimale des productions, améliorer la qualité des matières premières et garantir une transparence des produits mis en marché. Pour ce faire, les pratiques agricoles sont encadrées avec des cahiers des charges et l’ensemble de la chaine de valeur est tracée (de l’agriculteur au consommateur). Les démarches filières contribuent à la durabilité des exploitations en valorisant l’engagement des pratiques agricoles et en assurant la commercialisation de leurs productions.
Ces filières connaissent une croissance importante car elles sont bénéfiques pour chaque acteur. En permettant de répondre aux attentes des consommateurs, elles offrent aux agriculteurs la valorisation de leur engagement et l’assurance de la commercialisation de leurs productions et aux industriels un avantage concurrentiel important.

La démarche filière permet de renforcer la cohésion et de créer un lien direct entre les différents acteurs agricoles : l’amont (producteurs et organisations agricoles) et l’aval (agro-industriels) pour aligner les besoins et attentes. En travaillant directement avec les industriels de l’agro-alimentaire, les organisations agricoles tissent des liens forts et offrent aux agriculteurs une différenciation de leurs produits générant plus de valeur.
Cette même démarche est des plus en plus initiée par les organisations agricoles également avec leurs fournisseurs (produits, semences, engrais…) en créant des partenariats en filière pour répondre aux cahiers des charges et aux attentes.
L’amont agricole joue un rôle majeur dans la démarche filières : sélection variétale, analyse de résidus, recherche de produits de protection des plantes au meilleur profil éco-toxicologique, choix d’engrais de qualité, développement des OAD permettant d’améliorer l’usage des intrants, …

  • La démarche filière, comment ça se passe ?

La mise en place opérationnelle de ces démarches se traduit par la contractualisation des volumes avant semis et la transmission des cahiers des charges à ses exploitants. Les organisations agricoles répondent ainsi aux attentes de leur client agro-industriel en offrant la valorisation de leur engagement et l’assurance de la commercialisation de leurs productions aux exploitants pour les efforts consentis. En commercialisant des productions tracées et de qualité, les organisations agricoles contribuent à la valorisation de l’agriculture française et valorise les productions des exploitants.

  • Agriculteur : Quelle est ma mission dans une démarche en filière ?

Les producteurs engagés produisent les cultures contractualisées en respectant les exigences des chartes de production. Ils s’engagent à appliquer un ensemble de bonnes pratiques tout au long du cycle de la culture (connaissance de la parcelle, implantation, fertilisation, protection phytosanitaire, irrigation, récolte et stockage, gestion de l’interculture), et enregistrer les informations importantes de l’itinéraire de production.
La contractualisation des volumes avant semis (ou parfois seulement avant récolte) vous permet d’avoir une assurance de commercialisation de vos surfaces mises en cultures. Il est même possible d’avoir des contrats sur plusieurs années, ce qui permet à l’agriculteur d’avoir une visibilité à plus ou moins long terme sur ses ventes.

Vous êtes engagé dans une démarche filière ? Découvrez « comment simplifier la gestion de votre traçabilité »

 

Retour aux articles de blog