Sommes-nous au début d’une révolution numérique dans les ETA ?

Publié le

révolution numérique dans les ETA

Une étude réalisée aux Pays-Bas révèle que seulement 5% des entrepreneurs de travaux agricoles travaillent actuellement avec des bons de travaux numériques. Par contre, plus de 70% des entrepreneurs agricoles indiquent être intéressés par ce système. 95% de ce groupe sont même prêts à y investir dans les 3 ans.

Passage au numérique : quels avantages ?

Pour les entrepreneurs interrogés, les principaux avantages du passage au numérique sont :

  • de gagner du temps au niveau administratif (56%)
  • d’être plus efficace (34%)
  • de réduire les risques d’erreurs (33%).

Les conclusions de cette étude sont claires : les entrepreneurs sont conscients de l’avantage que pourrait leur permettre l’utilisation de nouvelles technologies mais peu l’ont déjà mis en œuvre au sein de leur entreprise.

Comment passer au numérique ?

C’est en partant de ce constat qu’ont été développés des solutions informatiques permettant à l’entrepreneur de devenir plus efficace et de gagner du temps dans la gestion de ses prestations. L’un des problèmes majeur était l’énorme perte de temps dans la gestion des bons de travaux papiers : problème pour récupérer les bons, problème ensuite pour les relire et les classer sans oublier ceux qui sont perdus et qui ne seront donc jamais facturés.

Les solutions existantes proposent simplement de remplacer ces bons papiers par des bons numériques, créés à partir d’une application sur le smartphone de l’ouvrier. Celui-ci enregistre les mêmes informations que sur le papier : le client, la prestation, les parcelles, les intrants. Plus besoin d’écrire, il faut simplement faire un choix dans des listes. La création de la fiche est donc plus rapide et fourni des services supplémentaires tels que la géolocalisation d’une parcelle.

Une fois le bon de travail créé sur le terrain il est ensuite envoyé par internet à une base de données. Le responsable de l’entreprise y accède directement depuis sa plateforme. Il peut donc suivre en temps réel le suivi des chantiers, et peut même planifier un nouveau travail à réaliser et l’envoyer en direct sur le mobile de son chauffeur.

Une fois le bon de travail validé par le responsable, la magie de l’informatique opère : le bon déclenche une série d’actions utiles à la bonne gestion de l’entreprise sans aucune ressaisie d’informations.

Le numérique est alors un réel atout pour assister l’utilisateur dans la gestion quotidienne de son entreprise. Le remplacement du bon de travail papier par le bon de travail numérique dans les ETA françaises en est une belle illustration.

En savoir + sur LEA

 

Retour aux articles de blog