Blog & actualités

La gestion des risques dans son exploitation agricole


En 10 ans, 100 000 exploitations agricoles ont disparu. Le secteur agricole est exposé à de nombreux risques qui peuvent entraîner une fluctuation des revenus et par conséquent mettre en péril votre exploitation. Ces différents risques peuvent être climatiques, sanitaires, économiques, réglementaires ou environnementaux. Pour faire face à ces derniers, différentes solutions et aides sont mises en place. Découvrez dans cet article, les différents risques et comment mieux les anticiper.

Identifier les risques de son exploitation

Risque économique et risque prix

Votre exploitation est exposée aux fluctuations de prix sur les marchés, que ce soit pour la vente (céréales) ou l’achat (engrais, fuel) de matières premières. La mondialisation des marchés a accentué cette fluctuation depuis plusieurs années, les impacts de ces changements sont visibles sur vos revenus qui sont de plus en plus variables.

Fluctuation des prix du marché

Alors, comment palier à cette fluctuation des prix ? Dans le cadre de certaines chartes, il est aujourd’hui possible de contractualiser ses ventes en début de campagne. Un engagement est possible sur les volumes (possibilité de construire des silos de stockage par exemple), le mode de production (plein air, label ou bio par exemple) mais aussi sur les conditions de rémunération.

Vous êtes engagé dans un contrat de production ? Pour simplifier vos démarches, vous avez la possibilité d’intégrer vos chartes dans Smag Farmer. Grâce aux contrôles, vous serez alerté en cas d’intervention non conforme à votre charte ou contrat de production.

Risque climatique

Ces dernières années, les épisodes météo se multiplient avec inondations, sécheresse, grêle ou encore gel. Ces changements induis par le réchauffement climatique touchent en premier lieu le secteur agricole. Les précipitations varient, les températures augmentent et les événements météo extrêmes se multiplient. Tout cela a un impact sur votre production, sur la croissance et la qualité de vos plantes ou futures récoltes. Mais ce risque climatique affecte également indirectement le cycle des maladies, des parasites et ravageurs.

Grâce aux nouvelles technologies, les connaissances sur le système climatique ont évolué ces dernières années. Les prévisions météorologiques sont donc plus précises. Aujourd’hui, les prévisions météo sur 7 jours sont plus précises que celles d’il y a 20 ans sur 2 jours. Et avec la digitalisation des exploitations, vous êtes plus de 4 agriculteurs sur 5 à posséder un smartphone avec lequel vous consultez les prévisions météo et plus de 1 agriculteur sur 4 à utiliser des stations météo connectées pour prévenir du risque climatique. Pour mieux comprendre la météo agricole découvrez l’article dédié sur notre blog.

Risque sanitaire

Le risque sanitaire est de plus en plus important. C’est un enjeu majeur de santé publique car ces maladies se développent, s’adaptent et se répandent de plus en plus vite avec la mondialisation et les changements climatiques. Pour se prémunir du risque sanitaire, des projets de loi sont présentés chaque année. Des actions de surveillance sont mises en place afin d’anticiper et de diminuer les conséquences qui peuvent en découler.

Les cultures sont également soumises à de nombreux risques maladie. Pour améliorer votre réactivité face à ces derniers, de nombreux OAD (outils d’aide à la décision) sont disponibles. Découvrez les OAD et IOT dédiés aux agriculteurs.

La télédétection est également une solution pour diminuer le risque sanitaire. Cette méthode d’observation des cultures par drones ou satellites vous permet d’identifier des anomalies potentielles sur vos cultures. Vous serez ainsi plus réactif et pourrez apporter les actions nécessaires pour éviter une perte de rendement.

Risque sur les facteurs de productions 


Votre exploitation est exposée aux risques sur les facteurs de production tout au long de son existence. Ces risques peuvent être liés à la main d’œuvre, au matériel mais également lié au foncier. La première chose à faire pour limiter ces risques c’est de savoir bien gérer son exploitation mais comment ? Retrouvez méthodes et conseils sur notre article dédié. Malgré ces précautions vous n’êtes pas à l’abri d’avoir un salarié qui démissionne, de subir des dégradations sur votre parc matériel ou d’avoir la fin d’un bail pour une parcelle non renouvelée par exemple.

Ces risques peuvent mettre en péril votre exploitation, car ils sont tous liés de près ou de loin à la productivité de celle-ci. Les risques sont variables d’une exploitation à l’autre, n’hésitez donc pas à adapter ces propositions à votre situation.

  • Le facteur de main d’œuvre va être évitable en procédant à une sécurisation du poste de travail afin d’éviter toutes chutes, la fourniture d’EPI (équipement de protection) permet également une sécurisation de l’activité. Un équipement adapté est nécessaire. Des gammes de produits de protection dédiées aux agriculteurs sont disponibles sur le site modyf.fr par exemple.
    Afin de diminuer le risque concernant la main d’œuvre, il faut aussi fidéliser ses salariés. Une bonne entente au travail, la reconnaissance régulière directement liée aux tâches accomplies, l’équilibre entre le travail et la vie personnelle mais aussi l’autonomie et la possibilité de se développer humainement et professionnellement va contribuer à cet enjeu.
équipement de sécurité
  • Le facteur matériel, pour limiter et éviter la dégradation de votre parc matériel, différentes pistes sont envisageables : bâtiments fermés, exploitation clôturée, mise en place de caméras (factices ou non)
  • Le foncier, pour éviter de perdre une parcelle ou un bâtiment à la suite d’une fin de contrat, un bail en somme. Vous avez la possibilité d’engager des pourparlers avec le propriétaire avant la fin du bail, cela va vous permettre de connaître l’état d’esprit du bailleur, de savoir s’il a l’intention de reconduire le bail directement avec vous ou non.

Gérer et atténuer ses risques


L’une des méthodes de gestion de risques consiste à disposer d’une trésorerie et/ou d’avoir une capacité d’emprunt. Ces deux possibilités vous permettraient d’absorber les éventuels dégâts et mauvais résultats dus à des aléas. Au vu du contexte économique actuel, c’est une mesure qui est de plus en plus difficile à mettre en place car la capacité d’emprunt des exploitations agricoles françaises est très restreinte. En effet, le taux d’endettement des exploitations française est 3 fois supérieure à la moyenne européenne.

Une autre méthode de gestion des risques consiste à diversifier ses sources de revenus dans votre exploitation agricole. Aujourd’hui en France, plus de 1/4 exploitation est engagée sur la voie de la diversification des revenus afin de minimiser les risques. Si votre exploitation ne peut se diversifier au niveau de la production vous avez toujours la possibilité de vous diversifier au niveau commercial afin de diminuer le risque de marché. Cette solution vous permet de répartir vos ventes sur différents contrats et ainsi d’avoir naturellement un prix moyen de marché.

Enfin, l’une des dernières méthodes de gestion de risque consiste faire appel à un tiers. Ces contrats sont souscrits auprès de votre assureur ou d’assurance spécifique. Des assurances spécifiques au secteur agricole sont disponibles pour vous permettre de faire face aux aléas impactant vos rendements. Pour en savoir plus sur les assurances agricoles et évaluer votre score risque, accédez au simulateur de risque présent sur atekka.fr.