Certifications environnementales agricoles et qualité : tout savoir

Nouveau logiciel agricole Smag Farmer
Vous êtes engagés dans une démarche environnementale ou de qualité ? Vous souhaitez en savoir plus sur les certifications et labels ?

Dans un contexte agricole, économique et social en pleine mutation, vous êtes de plus en plus nombreux à vous engager dans des démarches durables. Vous vous êtes récemment engagé dans une démarche qualité ou environnementale ou vous hésitez encore ?

Découvrez sur cette page :

Quelles sont les principales démarches qualité et environnementale ? Quel est leur impact sur les consommateurs ?

 

Pour répondre à la quête de sens des consommateurs, les labels, certifications et chartes de production se développent. En imposant aux producteurs un cadre de production, elles assurent aux consommateurs de la transparence tout au long de la chaîne de valeur. Les certifications et labels sont aujourd’hui devenus un réel argument de vente des produits. Ils sont cependant nombreux et il est parfois difficile de s’y retrouver.

Tous les labels n’ont pas la même place dans l’esprit du consommateur. Voici les labels les plus connus et ceux les plus susceptibles d’influencer l’acte d’achat.

 

Les labels avec la plus grande notoriété

  • AB (Agriculture biologique)

Logo agriculture biologiqueBien que les ventes de Bio augmentent et qu’il soit le label le plus connu, il n’est pas pour autant celui qui a le plus d’impact sur la décision d’achat du consommateur. Nombreux étant ceux qui trouvent l’effort financier trop important ou qui regrettent que le bien ne soit pas produit localement.

  • Label Rouge

Logo label rouge62 % des consommateurs reconnaissent que le « Label Rouge » désigne un produit de qualité supérieure. Il s’agit donc d’un label bien compris et ayant un impact sur l’acte d’achat.

 

  • Origine France

Logo origine france garantieLes mentions « Origine France garantie » ou encore « fabriqué en France » sont facilement reconnaissables en rayon et bien comprises, elles bénéficient logiquement d’une forte légitimité.

 

Les labels qui influencent le plus l’acte d’achat 

  • Le local

Nombreux sont les consommateurs qui privilégient le local au bio. Ils répondent aux attentes actuelles des Français et ce pour un effort financier moindre que pour le bio par exemple.

 

  • AOC/ AOP

Logo aoc aopLes labels AOC et AOP sont des mentions bien comprises par les Français. Ils sont environ 70 % à les considérer comme un déclencheur à l’achat. Ces labels sont particulièrement impactant sur les fromages et les vins.

Et la Haute Valeur Environnementale (HVE) dans tout ça ?

La mention HVE a été créé en 2011, mais elle se développe seulement depuis quelques années et se fait peu à peu une place dans les rayons. A la différence d’un grand nombre de labels, la HVE récompense l’ensemble des productions d’une exploitation agricole. Depuis son lancement, le nombre d’exploitations « HVE » augmente de manière exponentielle.

Pour tout savoir sur la certification HVE découvrez notre article dédié.

Les filières qualités, une opportunité pour valoriser vos productions ?

Ces dernières années les attentes sociétales se sont intensifiées, les consommateurs sont plus exigeants. Les démarches filières ont été créées pour offrir de la transparence et une réponse aux attentes des consommateurs. Les agriculteurs s’engageant dans cette démarche respectent les cahiers des charges imposés. Les agro-industriels sont en mesure de valoriser ces bonnes pratiques et répondre aux exigences des consommateurs.

Pour tout savoir sur les démarches filières découvrez notre article dédié.

Le Zéro résidu de pesticides (ZRP), un label en pleine croissance !

Le « ZRP » est un label créé en 2017. Il impose un cahier des charges qui va plus loin que les exigences règlementaires. En tant qu’agriculteur, vous pouvez utiliser des produits de protections cependant aucun résidu doit être présent après la récolte. Les consommateurs sont de plus en plus inquiets sur les résidus de produits phytopharmaceutiques. Certains groupes industriels (Panzani, Bonduelle…) établissent leur propre cahier des charges pour proposer à leurs clients des produits ZRP.

L’agriculture de Conservation des Sols (ACS) : Qu’est-ce que c’est ?

Le label « ACS » a été créé en 2020 pour la valorisation de l’agriculture de conservation des sols. Cette agriculture est fondée sur 3 principes : semis direct sans aucun travail du sol, couverture permanente du sol et diversité des espèces cultivées. Ces pratiques entrainent une baisse de rendement qui est compensé par une diminution des charges (main d’œuvre, carburant,…).

Tout savoir pour s’engager dans une démarche agricole

Vous souhaitez vous engager dans une démarche de certification ou de labellisation ? Il est important d’être d’abord averti sur les contraintes qui en découleront.

Les démarches sont nombreuses et chacune a ses spécificités. Elles peuvent être classées en 3 catégories :

  • Les certifications environnementales : HVE, AB
  • Les labels officiels : AOC, AOP, IGP, Label rouge, STG (Spécialité Traditionnelle Garantie)
  • Les appellations privées : CRC, Lu Harmony, Filière blé Mc Donald’s,…

Les contrôles de conformité des produits différèrent selon les labels. Certains imposent une obligation de résultats d’autres une obligation de moyen.

 

Quelle différence entre obligation de moyens et de résultats ?

L’agriculture biologique, par exemple, est une obligation de moyens. La mise en œuvre de moyens de production conformes aux attentes de la démarche vous permet d’obtenir la certification.
Les certifications « HVE niveau 3 » ou « Zéro résidus de pesticide » par exemple, imposent une obligation de résultats. L’obtention de ces labels est conditionnée par la mesure d’indicateurs de performances. Une plus grande latitude est laissée à l’agriculteur sur ces itinéraires. Un contrôle permettra cependant de vérifier la conformité des productions avec les exigences définies par le label.

 

Les bonnes pratiques pour s’engager dans une démarche qualité ou environnementale. 

Les labels et certifications sont donc nombreux et chacun dispose de spécificités, pour faire le bon choix il faut donc bien s’informer. Avant de s’engager, il est indispensable d’étudier l’adéquation entre les valorisations financières et les investissements nécessaires pour s’assurer de la marge dégagée par la démarche.
Certaines démarches peuvent faire l’objet d’aides financières pour leur mise en place et leur maintien. Ces aides peuvent être nationales et européennes, mais aussi régionales et départementales. Une grande partie des démarches qualité permettent une plus-value sur les productions.
N’hésitez pas à vous renseigner !

  • S'engager en "Agriculture Biologique"

    Débuter son engagement

    Pour s’engager en agriculture biologique, vous devez le notifier auprès de l’agence bio. Cette démarche peut se faire en ligne sur leur site (http://notification.agencebio.org/) ou par courrier.
    Afin que la conversion soit effective, il est nécessaire de s’engager auprès d’un des neuf organismes certificateurs agréés en France, qui enregistrera le début de la conversion et procédera à la 1ère visite de contrôle sur la ferme. N’hésitez pas à demander plusieurs devis et les comparer !
    Enfin, vous devez informer le groupement bio de proximité et pouvez déposer votre demande d’aides.

    La phase de conversion

    Une fois la première phase administrative réalisée, il est temps d’aller dans vos parcelles pour mettre en place des pratiques culturales conformes aux exigences légales.
    Une période de conversion va alors débuter avant de pouvoir apposer le logo « Agriculture Biologique » sur vos produits. Cette période varie de 2 ans pour les cultures annuelles ou semi-pérenne à 3 ans pour les cultures pérennes. Au cours de la première année de conversion aucune référence de votre engagement ne sera présente sur vos produits. Dès la 2ème année vous pourrez cependant y apposer la mention « produits en conversion vers l’agriculture biologique ».

    La certification de vos produits

    Vous pouvez déposer le logo « Agriculture Biologique »  :

    • Sur les cultures annuelles semées 24 mois, après la date de début de conversion de la parcelle
    • Sur les cultures pérennes 36 mois, après le début de la période de conversion.

    Vos produits seront alors certifiés AB (Agriculture Biologique), il sera alors l’heure du bilan et du pilotage de vos performances pour assurer la durabilité de votre projet.

  • S'engager dans le "Bas Carbone"

    Logo label bas carboneLe label bas carbone impose la mise en place de pratiques permettant la séquestration de carbone dans des puits naturels, comme les prairies, les haies ou la mise en place les cultures intermédiaires de légumineuses.

    Ces pratiques permettent de lutter contre le réchauffement climatique et s’insèrent dans les préoccupations actuelles de réductions des émissions de gaz à effet de serre. Les productions issues de ses pratiques peuvent être valorisées dans le cadre de contrats de production. Des acteurs privés peuvent faire le choix de financer vos projets dans le cadre de leur démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

  • S'engager dans la "Haute Valeur Environnementale"

    La certification HVE est une démarche de progrès qui comporte 3 niveaux et seul le niveau 3 permet d’apposer la mention HVE sur ses productions. Ce label bénéficie actuellement d’un fort engouement, mais les attentes liées à cette démarche ne semblent pas toujours très claires.

    Guide s'engager HVEVous souhaitez vous engager dans la démarche HVE ?

    Suivez notre guide et découvrez les démarches à suivre, les critères d’obtention et les bonnes pratiques qui vous aideront au quotidien. 

Selon votre lieu d’implantation les démarches qualité dans lesquelles vous pourrez vous engager pourront varier. N’hésitez donc pas à vous rapprocher de votre organisme collecteur pour connaitre les démarches sur lesquelles vous pouvez vous positionner.

Les cahiers des charges et référentiels imposent une traçabilité irréprochable et certaines démarches exigent également des obligations de résultats. Les démarches relatives aux certifications, labels et chartes de production peuvent s’avérer très chronophages et complexes sans solution numérique. Ainsi si vous n’utilisez pas encore de logiciel de gestion de traçabilité, l’investissement sera quasi-inévitable.

Vous n’êtes pas encore équipé et souhaitez passer au numérique ? Découvrez les bonnes pratiques pour digitaliser facilement la gestion de votre exploitation. 

Faciliter ses démarches de certification grâce au digital

L’engagement dans un nouveau mode de production entraine un changement dans les pratiques au quotidien. Les obligations de preuve de conformité et les contrôles peuvent être une source de stress et entrainer une surcharge administrative. Pour gagner du temps et être serein, de nombreux agriculteurs choisissent de s’équiper d’un logiciel.
Smag Farmer facilite au quotidien la collecte des informations liés aux pratiques culturales. L’ensemble des données enregistrées dans votre solution de gestion parcellaire vous permet d’attester de vos pratiques et garantit ainsi aux consommateur la traçabilité des productions.

Vous êtes engagé dans une charte de production ? Elle sera directement intégrée à Smag Farmer, vous pourrez ainsi vous assurer avant chaque intervention de sa conformité.

Ils ont choisi Smag Farmer :

« Avec la version mobile, je saisis près de 95% des informations utiles à mon activité. Une fois saisies, je retrouve toutes les informations sur la version web depuis mon PC. La synchronisation des données fonctionne très bien, c’est automatique et ça me fait gagner du temps. »

Lire la suite

Les utilisateurs de Smag Farmer retrouvent dans leurs solutions l’ensemble des informations sur leur cultures. Ils peuvent ainsi attester de leurs bonnes pratiques et de leur conformité avec la démarche dans laquelle ils sont engagés au moment des contrôles ou de la vente de leur productions.

Vous souhaitez vous aussi gagner du temps et faciliter vos démarches ?

Découvrir Smag Farmer en vidéo