Blog & actualités

Le Smart Farming de A à Z


L’agriculture a été un des secteurs précurseurs dans l’utilisation des nouvelles technologies, les possibilités et outils connectés sont aujourd’hui nombreux incitant de plus en plus d’acteurs à se lancer. Alors comment s’y retrouver, qu’est-ce que l’agriculture intelligente ?

Tout d’abord, commençons par définir le « Smart Farming », terme de plus en plus utilisé dans le secteur agricole. Contrairement à l’agriculture digitale qui désigne l’équipement en applications et le développement des machines et outils connectées sur les exploitations.
Le « Smart Farming » va plus loin en désignant la valorisation de l’ensemble des données, issues des outils de l’agriculture digitale, les transformant en véritable source d’informations et de simplifications des travaux agricoles.

Les capteurs, consoles connectées, stations météorologiques de précisions ou encore drone connaissent un fort essor depuis quelques années. Ce développement permet de gagner en précision, en obtenant des données météo à la parcelle, par exemple, ou encore en déterminant les besoins spécifiques de la plante. L’enjeu est aujourd’hui de combiner les données issues de différents capteurs et objets connectés pour pouvoir réaliser des analyses précises et prédictives de la situation météorologique, sanitaire ou encore économique. Ces données enrichies et valorisées permettent de simplifier le travail des exploitants. En modulant certains travaux ou encore en optimisant leur efficacité, grâce à l’établissement d’une plage idéale de traitement, le « Smart Farming » offre à l’agriculture française la possibilité de gagner en efficience.

L’agriculture intelligente repose sur une utilisation optimisée du numérique et des machines dans les exploitations. Ses objectifs sont multiples : faciliter le travail des agriculteurs et augmenter la performance des exploitations tant sur le plan économique qu’environnemental. La récupération, le traitement et l’analyse de données crée ici une chaine vertueuse permettant de simplifier la prise de décision dans un contexte en constante évolution.

Découvrez les possibilités offertes à travers le lexique du Smart Farming, 26 termes pour connaitre l’agriculture intelligente de A à Z :

#Agriculture4.0, #BigData, #Capteurs, #Drones, #Environnement, #Fertilisation, #GPS, #HighTech, #Intrants, #obJetsConnectés, #blocKchain, #inteLLigente, #Modulation, #Numérique, #Oad, #Précision, #Qualité, #Rentabilité, #StationMétéo, #Traçabilité, #dUrabilité, #Variété, #Wiki, #réseauX, #cYbersécurité, #optimiseZ

Agriculture 4.0

L’agriculture 4.0 repose sur la valorisation des données issues des solutions numérique aujourd’hui répandues dans le secteur agricole. Des synergies sont créées entre les différents mode de récupération de données générant ainsi une forte valeur ajoutée à l’utilisation du numérique.

Système numérique d’une exploitation connectée :

infographie présentant les systèmes d'agriculture 4.0

Big Data

L’agriculture doit faire face à de nombreux enjeux qui peuvent être satisfaites grâce au Big Data. Le volume de données à disposition des agriculteurs ne cesse de croitre et sur de plus en plus de sujets : l’irrigation, la fertilisation, la biodiversité, la préservation des sols, la protection des plantes, etc.

Le big data doit servir à améliorer les pratiques agricoles. La collecte mais surtout le traitement de la donnée permet aux acteurs de l’agriculture d’analyser, de comprendre et d’optimiser leurs pratiques tout en innovant.

Capteurs

Par définition, les capteurs sont des outils numériques qui enregistrent des données et les transmettent sous forme numérique à un ordinateur ou un smartphone. En agriculture, leur usage est très varié. Voici des exemples de possibilités qu’ils offrent :

  • Capteurs d’activité : ces objets enregistrent les mouvements des machines, permettent l’enregistrement automatique des interventions grâce à des boitiers placés ou intégrés aux tracteurs. C’est un gain de temps indéniable et une traçabilité réglementaire assurée !
  • Capteurs détecteur de vêlage : le numérique s’est fortement développer dans les élevages. Les capteurs de vêlage à fixer sur la queue des animaux permettent de détecter le début du travail et d’alerter les éleveurs.
  • Capteurs de niveau d’un silo : les capteurs se sont également développés dans les lieux de stockage. Grâce à des ondes ultrasoniques, le niveau de remplissage d’un silo est ainsi facile à obtenir en temps réel.
  • De nombreux autres capteurs sont utilisés en agriculture : capteurs d’humidité, de PH, capteur agro-météo ou encore d’irrigation

Drones

Les drones et satellites permettent une surveillance des parcelles depuis une vue aérienne. Ceci permettant d’observer des parcelles impénétrables, mais également des éléments non visibles à l’œil nu. Par exemple, les indices de végétation ou NDVI permettent de détecter des hétérogénéités dans les parcelles grâce à des images infrarouge traitées et calibrées. En savoir + sur la télédétection

La végétation, comme tout autre corps, absorbe le rayonnement solaire, mais seulement une partie. L’autre partie est réfléchie, c’est la réflectance dont il est possible de mesurer la quantité de rayons. En faisant le rapport en la partie absorbée (notamment due à la photosynthèse) et la partie réfléchie, nous obtenons un indice corrélé, en gros, à la densité de végétation. Cet indice oscillant entre -1,0 pour l’eau et 0,9 pour une végétation dense.

Le numérique vous permet d’en tirer des données exploitables facilement (courbes de végétation, indices de végétation). Les images satellites infrarouges traitées et calibrées vous permettent de suivre l’évolution des cultures et détecter une éventuelle hétérogénéité de la végétation. Vous pouvez ainsi piloter l’avancement des cultures dans vos parcelles éloignées ou impénétrables en saison.

illustration de l'utilisation de drones agricoles

Environnement

L’agriculture évolue vers une approche plus positive, anticipatrice et systémique au regard de ces enjeux environnementaux. De nombreuses initiatives et modes de production apparaissent pour répondre aux préoccupations environnementales habituelles.  Les optimisations en eau, intrants et énergie permises par l’agriculture intelligente permettent d’optimiser l’impact des pratiques sur l’environnement.

Fertilisation

La fertilisation consiste à apporter à une culture, un sol, tous les éléments nécessaires au développement de la plante. Le plan prévisionnel de fumure (PPF) permet d’équilibrer la fertilisation en calculant le besoin et les fournitures par le sol pour savoir combien apporter de fertilisants à la plante sans dépasser son besoin. L’utilisation de logiciels agricoles simplifie la prise en compte des mesures réglementaires.

Des outils de pilotage de la télédétection (Farmstar, Cérélia, etc.) permettent de justifier l’augmentation des rendements et donc, à terme, l’apport supplémentaire de fertilisants.

GPS

Le système GPS (Global Positioning System) situe n’importe quel point précis sur la planète. Son usage s’est fortement développé tant ses possibilités sont nombreuses en agriculture. Les GPS embarqués permettent de :

  • Corriger les erreurs de trajectoire aux champs
  • Eviter les chevauchements d’intrants et ainsi réaliser une économie de ces derniers
  • Réduire le temps d’utilisation des engins agricoles et ainsi prolonger leur durée de vie

Triangulation GPS sur un tracteur

High Tech

Ce terme très souvent utilisé est un anglissime qui se traduit par les techniques de pointe. Les IOT (Internet of Things) ne sont pas les seuls objets de haute technologie utilisés en agriculture. Les smartphones, tablettes, ordinateurs équipent aujourd’hui la quasi-totalité des agriculteurs.

Intrants

L’optimisation des intrants est un enjeu clé en agriculture tant par leur impact économique qu’environnemental. Une meilleure connaissance des besoins de la plante grâce à l’agriculture intelligente permet en diminuant les charges d’intrants, d’augmenter la rentabilité des exploitations.

Objets connectés

Les objets connectés ont connu un essor depuis les années 2000 et l’agriculture ne déroge pas à la règle. Capteurs connectés, tracteurs intelligents, drones agricoles sont aujourd’hui utilisés par près de 40% des agriculteurs. Indispensable à l’agriculture intelligente, ces objets permettent de recueillir des données massives et précises.

L’ensemble des objets et machines utilisés aux champs doivent communiquer entre eux. La norme Isobus est apparue ainsi que l’AEF (Agricultural electronics foundation) en 2008 pour permettre l’interopérabilité des matériels. Qu’ils soient d’un même constructeur ou non, l’échange de données devient possible entre le tracteur, les outils attelés et également les logiciels de gestion parcellaire.

Blockchain

La blockchain rend possible la connexion sécurisée de chaque maillon de la chaine de production. Utilisée notamment dans le cadre des productions en filière, elle valorise les efforts consentis par les producteurs en offrant plus de visibilité aux consommateurs. Ce procédé permet également d’assurer la sécurité alimentaire en identifiant facilement chaque produit et leur provenance.

schéma de la traçabilité agricole via la blockchain

En savoir + sur la Blockchain en agriculture

Intelligente

C’est la FAO (Food and Agriculture Organisation qui popularise le terme d’agriculture intelligente dans les années 2010. Selon l’institution spécialisée des nations unies « L’agriculture intelligente face au climat a pour objet de renforcer la capacité des systèmes agricoles de contribuer à la sécurité alimentaire, en intégrant le besoin d’adaptation et le potentiel d’atténuation dans les stratégies de développement de l’agriculture durable. »

Modulation

Les OAD de fertilisation permettent de restituer des cartes de modulation établies selon les besoins de la plante établie par la télédétection d’une parcelle. Réaliser une modulation intra-parcellaire sur son exploitation permet d’apporter la bonne dose au bon endroit et au bon moment. Il n’est parfois pas nécessaire de traiter toute une parcelle.

Numérique

Dans un contexte volatile et complexe le numérique s’est fortement développé en agriculture, en 2020 72% des exploitants utilisent au moins une application mobile dans le cadre de leur profession.

  • 60 % des agriculteurs utilisent au moins un réseau social pour trouver des informations relatives à leur activité.
  • 85 % des agriculteurs utilisent internet au moins une fois par jour.

Découvrez une infographie sur les habitudes des agriculteurs

OAD

Les OAD (Outils d’aide à la décision) analysent un grand nombre de données et vous restituent un conseil précis vous permettant de simplifier vos prises de décisions. Les OAD maladies permettent d’adapter le positionnement de chacun de vos traitements fongicides. Ils vous apportent des informations clés en temps réel : prévisions des stades, risques maladies et ravageurs.

En savoir plus sur les OAD en agriculture

Précision

L’agriculture de précision repose sur la digitalisation de l’agriculture. A l’aide de la robotique, de l’IA mais aussi des objets connectés, elle permet d’améliorer les performances des exploitations agricoles grâce au recueil d’un grand nombre d’informations qui permettent l’observation de la croissance des cultures, mais aussi de leur état de santé.

En savoir + sur l’agriculture de précision 

Qualité & Quantité

Difficile de parler d’agriculture intelligente s’intéresser à l’aspect quantitatif et qualitatif des productions agricoles. L’agriculture intelligente simplifie et optimise le travail de l’agriculteur au quotidien, l’accompagnant ainsi dans les défis à relever.  « Les défis que l’on a à relever sont de répondre à la demande sociétale qui évolue en permanence et de nourrir qualitativement et quantitativement la planète.» Découvrez le témoignage complet de Benoit Van Colen

Rentabilité

Les exploitations agricoles sont avant tout des entreprises. Leur rentabilité est essentielle pour assurer leur pérennité. L’enregistrement des pratiques grâce aux outils numériques permet également d’analyser les charges et produits afin d’étudier précisément les performances des exploitations.

Station météo

Alors que Météo France et les chercheurs de l’Inra sont équipés de stations météo couvrant de grandes zones et procurant des données très précises (grâce à des capteurs de haute qualité), mais d’un coût élevé (10 000 à 20 000 €), l’agriculteur a surtout besoin de données météo à l’exploitation voire à la parcelle. D’où le développement de capteurs moyenne gamme, permettant de concevoir des stations à 700-800 €, voire 400 € pour les low-cost. Quelle que soit la culture, l’exploitation des données météo peut permettre d’optimiser l’irrigation (économie d’eau), les conditions de traitements phytosanitaires (efficacité augmentée et réduction des produits), ou encore de lutter contre le gel (en arboriculture et viticulture).

Traçabilité

Les exigences règlementaires en matière de traçabilité sont de plus en plus importantes et conditionnent notamment vos aides PAC. Pour gagner du temps au quotidien de nombreux agriculteurs s’équipent d’une solution numérique pour saisir leur traçabilité. Grâce à une application mobile, vous pourrez saisir l’ensemble de vos travaux directement depuis votre cabine de tracteur. En savoir + sur la traçabilité en agriculture

Durabilité

La durabilité est un critère essentiel, en innovation. Dans le contexte actuel tant dans l’agriculture que dans d’autres domaines, il est essentiel de se poser la question de son amélioration mais aussi de l’évaluation de ses systèmes techniques de production. Un tel enjeu implique d’avoir défini, si possible collectivement, les objectifs à atteindre pour initier des innovations, développer une maîtrise technique de la production tout en se questionnant sur les performances économiques et environnementales.

Variété

L’optimisation et la diversification des variétés cultivées est également un élément intéressant pour développer ses performances et celles de son sol. La couverture permanente des sols avec des couverts offrent notamment de nombreux avantages pour les cultures suivantes. Les apports de l’agriculture intelligentes se déclinent aussi sous la forme d’innovations dans les modes et pratiques de production.

Wiki

Les wikis se développent en agriculture du fait de la motivation des agriculteurs à partager leur expérience et échanger. Des sites collaboratifs sont ainsi dédiés à l’agriculture numérique. Chacun peut alors y apporter et partager ses découvertes. La veille technologique est ainsi grandement facilitée.

Réseaux

L’interconnexion d’objets connectés au sein de réseaux permettent une meilleure qualité d’analyse. La volumétrie importante de ces données offre de nouvelles possibilités et permet d’optimiser les prises de décision. Leur traitement et leur analyse est devenu un réel enjeu dans tous les secteurs. Pour répondre à ce besoin, une nouvelle discipline est apparue : La business intelligence. Aussi appelée informatique décisionnelle, elle désigne l’ensemble des outils et technologies qui permettent grâce à la donnée de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Cybersécurité

La cybersécurité fait référence à la protection des systèmes connectés à Internet contre les menaces présentes dans le cyberespace. Cette approche implique la protection des logiciels, des données et du matériel et contribue à empêcher les cybercriminels d’accéder aux appareils, aux réseaux et/ou données.  Assurez-vous que vos solutions soient en accord avec la règlementation en matière de protection des données. Vérifiez que vous pourrez verrouiller l’accès à vos données et choisir à qui vous les partagez. Comme évoqué dans le paragraphe précédent n’hésitez pas à regarder depuis quand le logiciel est disponible et vérifiez les CGV.

Optimisez

Dans le secteur agricole, les possibilités sont nombreuses en termes d’adoption de nouvelles technologies. Cependant, leur usage doit être optimisé et l’investissement dans ces dernières rentables.

De nombreux agriculteurs font donc le choix d’adopter un « Farm Management System » ou logiciel de gestion d’exploitation pour centraliser les données de leurs différents IOT et OAD. En adoptant Smag Farmer, nos utilisateurs ont la possibilité, depuis leur interface unique, d’exploiter les données issues de la télédétection, des OAD maladies, des satellites…

Les données collectées tout au long des campagnes permettent également d’établir les performances économiques de l’exploitation et leur évolution.

Démo smag farmer, logiciel de gestion parcellaire